Articles

Réflexions Théoriques et Méthodologiques Autour du Concept de Fatigue Cognitive


Dans cet article, nous nous sommes intéressés au concept de fatigue cognitive, également connu sous le nom de fatigue mentale. Après avoir donné une définition, nous l'avons mis en perspective avec d'autres concepts similaires tels que la fatigue physique, la fatigue centrale ou encore l'épuisement de soi (ego depletion). Nous avons également abordé les variables confondantes classiquement présentes dans la littérature.

Dans une deuxième partie, nous avons examiné différentes théories qui tentent d'expliquer la fatigue cognitive, telles que la diminution des ressources, les mécanismes synaptiques, l'orientation de la motivation et l'investissement en effort. Nous avons notamment discuté de la synergie possible entre ces différentes explications.

Nous avons également abordé les méthodologies utilisées pour étudier la fatigue cognitive et les variables confondantes qui doivent être contrôlées. Enfin, nous avons discuté des perspectives pour les recherches futures, y compris les moyens de lutter contre la fatigue cognitive aiguë et les pathologies qui peuvent l'aggraver.


Pour citer cet article :  Mangin, T., Audiffren, M., & André, N. (2023). Réflexions théoriques et méthodologiques autour du concept de fatigue cognitive. Movement & Sport Sciences-Science & Motricité, 120, 5–24.


Lien vers l'article

A Plausible Link Between Time-on-Task Effect and Sequential Task Effect 

La littérature sur la fatigue mentale est très vaste. Deux protocoles principaux permettent de l'étudier. Le premier est le protocole du temps passé sur la tâche. Dans ce protocole, les individus réalisent une tâche longue demandant une attention soutenue. Il est habituel d'observer une baisse de performance avec le temps passé sur la tâche (sauf si aucun entrainement n'a été réalisé par avance, ce qui donnera dans un premier temps une amélioration des performances grâce à l'entrainement, puis une détérioration avec l'installation de la fatigue mentale). Le deuxième est le protocole des tâches séquentielles. Dans ce protocole, les individus réalisent une première tâche qui est couteuse en effort (ou une tâche contrôle ne demandant pas ou peu d'effort), puis une seconde tout aussi exigeante en effort. Il est habituel d'observer une baisse de performance dans la seconde tâche lorsque la première tâche était fortement couteuse. Cette baisse de performance est classiquement attribuée à la présence de fatigue mentale.

Dans cette étude, nous avons combiné les deux protocoles et nous avons réalisé une corrélation entre les performances dans les deux tâches. La corrélation est positive, mais n'est pas très élevée (r = .272) indiquant un mécanisme commun entre les deux baisses de performances. Ce mécanisme peut être la fatigue mentale. Cependant, il reste une grande part non commune entre les deux phénomènes qu'il reste à expliquer. 


Pour citer cet article :  Mangin, T., Audiffren, M., Lorcery, A., Mirabelli, F., Benraiss, A., & André, N. (2022). A plausible link between the time-on-task effect and the sequential task effect.  Frontiers in psychology 13 , 998393.




Lien vers l'article

No Ego Depletion Effect Without a Good Control Task

L'épuisement du soi ("Ego-Depletion") est un phénomène qui est largement étudié depuis plus de 20 ans. Cependant, beaucoup d'études n'arrivent pas à répliquer l'effet. Dans cet article nous nous sommes intéressé.es aux conditions nécessaires à l'apparition du phénomène. Dans une première expérience nous avons essayé de répliquer l'effet d'épuisement du soi, en se mettant dans les meilleures conditions possibles selon nos connaissances (i.e., une tâche épuisante longue et difficile, sollicitant fortement les fonctions exécutives), sans y arriver. Nous avons cependant remarqué que la tâche contrôle utilisée (et qui est régulièrement utilisée dans la littérature) induisait beaucoup d'ennui chez les participants. 

Dans une deuxième expérience, nous avons cherché une nouvelle tâche contrôle la plus neutre possible qui serait utilisable par la suite et nous l'avons comparé à la tâche contrôle utilisée dans la première expérience. 

Dans une troisième étude, nous avons utilisé cette nouvelle tâche contrôle et nous avons réussi à répliquer l'effet d'épuisement du soi. Nous avons également remarqué que l'ennui ressenti dans la tâche épuisante comptait pour une partie de la variance de l'effet d'épuisement du soi. 


Pour citer cet article :  Mangin, T., André, N., Benraiss, A., Pageaux, B., & Audiffren, M. (2021). No ego-depletion effect without a good control task.  Psychology of Sport and Exercise 57 , 102033.


Lien vers l'article

Posters


Does a mental task can influence your physical performance? The negative effect of the control condition.


Ce poster était une première présentation de l'article "Mangin et al., 2021. No Ego Depletion Effect Without a Good Control Task" lors du congrès de l'European Congress of Sport Sciences 2019 à Pragues.


Pour citer ce poster : Mangin, T., André, N., Benraïss, A., Audiffren, M., (2019). Does a mental task can influence your physical performance? The negative effect of the control condition. Poster in European Congress of Sport Sciences. Prague University, Tcheque Republic, July, 3-6th.